Une nouvelle étude apporte de nouveaux éléments de réponse concernant une question qui suscite les passions depuis des dizaines d’années, dans le monde médical, sportif et ailleurs…

Les régimes hyperprotéinés sont-ils dangereux pour les reins ?

prots_reins1-610x160

Régime classique vs. régime riche en protéines

Dans cette étude, les chercheurs ont suivi 307 adultes obèses pendant 3 ans. Le premier groupe a suivi un régime pauvre en calories, mais conforme aux recommandations officielles en termes de proportions : 15% de protéines, 30% de graisses et 55% de glucides. Tandis que le deuxième groupe a suivi l’ancien régime Atkins (refondé depuis), comportant 25 à 35% de protéines, environ 25% de glucides et environ 45% de lipides.

Tout au long du suivi, les chercheurs ont mesuré l’état de la fonction rénale, à l’aide de trois marqueurs complémentaires : la créatinine sanguine, la clairance de la créatinine et la cystatine C (à noter que le troisième marqueur est rarement utilisé par les médecins français, malgré sa grande précision).

Pas d’impact sur la santé des reins

reinAu bout de 3 ans, aucun impact négatif n’est relevé sur la fonction rénale. Les chercheurs ont déclaré : « Pour les personnes obèses en bonne santé par ailleurs, nous n’avons pas pu trouver qu’une alimentation riche en protéines et pauvre en glucides était dangereuse pour la santé des reins, ni que leur risque de problème était augmenté au cours de cette période. »

L'avis de NutritingLa peur de la toxicité des régimes riches en protéines pour les reins provient des études menées chez les malades souffrant de problèmes rénaux, et en particulier, d’insuffisance rénale. Dans ce cas, de nombreuses études ont montré qu’une restriction de l’apport en protéines permettait de ralentir l’évolution de la maladie, et de préserver la fonction rénale1.

En revanche, aucune étude n’a jamais réussi à montrer un effet néfaste des protéines sur la fonction rénale, pour des individus en bonne santé2,3. Les chercheurs ont bien démontré un changement dans ses fonctionnalités, mais qui semble être une simple adaptation à l’environnement, non pathologique.

En conclusion, après des dizaines d’années de recherche, aucun élément ne pointe vers une dangerosité des protéines pour les reins, à condition de ne pas avoir de maladie rénale (qui pourrait être connue comme inconnue).

Attention !Ceci étant, rappelons qu’une alimentation trop riche en protéines peut exposer à d’autres problèmes, comme des déséquilibres acido-basiques ou la formation de calculs.

Références :

Friedman AN, Ogden LG, Foster GD, Klein S, Stein R, Miller B, Hill JO, Brill C, Bailer B, Rosenbaum DR, Wyatt HR. Comparative Effects of Low-Carbohydrate High-Protein Versus Low-Fat Diets on the Kidney. Clin J Am Soc Nephrol. 2012 May 31.
(1) Brocklebank JT, Wolfe S. Dietary treatment of renal insufficiency. Arch Dis Child. 1993 Dec;69(6):704-8.
(2) Martin WF, Armstrong LE, Rodriguez NR. Dietary protein intake and renal function. Nutr Metab (Lond). 2005 Sep 20;2:25.
(3) Santesso N, Akl EA, Bianchi M, Mente A, Mustafa R, Heels-Ansdell D, Schünemann HJ. Effects of higher- versus lower-protein diets on health outcomes: a systematic review and meta-analysis. Eur J Clin Nutr. 2012 Apr 18.

About Julien Venesson

Julien Venesson est expert indépendant en nutrition. Il est l'auteur des livres "Nutrition de la Force", "L'Assiette de la Force" et "GLUTEN, comment le blé moderne nous intoxique". Site officiel de Julien Venesson : http://www.julienvenesson.fr/

, , ,

Les commentaires sont fermés.