Tout savoir sur le Nutri-Score

unnamed

Avez-vous entendu parler du Nutri-Score ? Ce système de notation des aliments est en train d’être mis en place par un certain nombre d’industriels.


Le principe

Il y a quelques mois, nous vous parlions de l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score, aussi appelé 5C (pour 5 couleurs) :

Il s’agit de noter les produits alimentaires avec des lettres allant de A (pour les meilleurs produits) à E (pour les moins bons).

Un fond de couleur, allant respectivement du vert 💚 au rouge 💔, parachève le visuel de l’étiquetage pour encore plus de clarté.

Ces notes sont attribuées en fonction d’un score unique qui s’échelonne de -15 pour le top 👍, à 40 pour le flop 👎.

L’algorithme original utilisé pour le calcul de ce score fut développé en 2005 par une équipe de chercheurs d’Oxford, mais il a ensuite été repris et modifié en 2015 par le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP), afin de coller au plus près des recommandations du PNNS, donnant ainsi ce que l’ANSES nomme le « 5C modifié ».

Le 5C modifié se base ainsi sur 2 composantes intégrant au total 7 éléments :

Composante négative :

  1. L’énergie totale (calories)
  2. Les sucres simples
  3. Les acides gras saturés
  4. Le taux de sodium

 

Composante positive :

  1. Le taux de protéines
  2. La teneur en fibres
  3. Le pourcentage de fruits et légumes de l’aliment

 

Un système déterminé comme le plus efficace…

Le Nutri-Score a beaucoup fait parler de lui, certains y voyant enfin une information claire, lisible et accessible au plus grand nombre, quand d’autres regrettent son extrême simplicité ou encore critiquent son caractère stigmatisant.

En septembre dernier, celui-ci avait fait l’objet d’une étude dans plus de 60 enseignes réparties dans 4 régions durant 10 semaines. Le 5C était alors opposé à 3 autres systèmes qui étaient eux soutenus par les industriels, dont le système SENS qui avait également été approuvé par l’ANSES. Au lieu de classer les aliments de bons à moins bons, ce dernier les classe en fonction de leur fréquence de consommation (de « Souvent » à « Occasionnellement ou en petite quantité »).

À la suite de cette étude (critiquée pour de nombreux biais), le Nutri-Score a été déterminé comme le plus efficace.

Le 15 mars 2017, la Ministre de la santé Marisol Touraine annonce donc retenir le Nutri-Score, et décide de le mettre en place au plus vite. Fin avril, plusieurs industriels et grands groupes de distribution dont Intermarché, Leclerc, Auchan et Fleury Michon, ont signé une charte d’engagement pour la mise en place du système à 5 couleurs.

En effet, aujourd’hui la législation ne peut obliger un fabriquant à apposer de quelconque logo, et fin mars déjà, de nombreux industriels dont Coca-Cola et Nestlé avaient déclaré ne pas vouloir du Nutri-Score.

…mais comportant un certain nombre de réserves

Il est trop tôt pour donner notre avis sur un tel système, seul l’usage et les changements des comportements alimentaires pourront témoigner de l’efficacité ou non d’un tel logo.

Nos seules réserves pour l’instant demeurent les suivantes :

La densité nutritionnelle (c’est-à-dire la quantité de vitamines et minéraux) n’est pas prise en compte dans le calcul du score (alors que c’est le cas pour le système SENS) ;

Les additifs, colorants et conservateurs ne rentrent pas dans la composante négative : un produit pourra donc contenir autant d’additifs qu’il le souhaite et de n’importe quelle qualité, il ne sera pas pénalisé pour cela, et de ce fait, le 5C ne nous dispense toujours pas de lire les étiquettes et surtout la liste des ingrédients ;

Les aliments sont finalement présentés comme étant « bons » ou « mauvais », alors que cette notion est scientifiquement obsolète sans préciser la dose et le contexte dans lesquels ils sont pris.

 

Notre conseil : plutôt donc que de considérer le 5C comme guide unique pour savoir quoi manger ou ne pas manger, utilisez-le plutôt pour comparer 2 produits équivalents.

Faire la différence entre 2 yaourts, 2 plats préparés, 2 pâtes à tartiner, etc. nous semble pertinent (sans oublier de lire quand même les étiquettes pour savoir ce que l’on achète). Mais stigmatiser certains produits sous prétexte qu’ils n’obtiennent pas la note maximale ne nous apparaît pas comme une stratégie profitable, ni viable sur le long terme ! Il ne faut pas oublier que l’équilibre alimentaire se juge sur plusieurs repas, et que tous les aliments peuvent y trouver leur place, pourvu qu’ils soient consommés avec un dosage et un contexte appropriés.

Gageons en tout cas que ce système obligera les industriels à plus de qualité, et que, tout comme le PNNS, il saura évoluer dans le temps pour s’affiner toujours plus…

Nos produits en tout cas, ils sont toujours au top de la qualité ! Et nos étiquettes, toujours claires.


Une formule multivitaminée à la pointe de l’innovation, adaptée pour les personnes sportives ou les personnes actives soumises au stress.

 

On n’écrit pas nos articles dans le but de vous vendre des produits, mais tellement de lecteurs passent à côté qu’on a décidé de les mettre davantage en avant, pour ceux que ça intéresse. Et puis, on ne peut quand même pas nous reprocher de proposer des produits au top ! 😉

nutriting

[email protected]

Et oui, nous participons également (et évidemment) au contenu de ce site ! Ce contenu est le fruit d'un travail minutieux de collaboration des co-fondateurs de nutriting : Patrick, Julien et Thierry, avec l'appui de notre diététicien-nutritionniste Laurent.



Nos nouveaux articles,
nos promos…

Nos nouveaux articles, nos promos...

Pour ne rien rater de l'actualité nutriting, inscrivez-vous à notre newsletter !

Nous garantissons la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles.