Un régime pauvre en FODMAP pourrait aider à traiter cette maladie bénigne mais relativement handicapante qu’est le syndrome de l’intestin irritable ou SII.

FODMAP et syndrome de l’intestin irritable

Syndrome de l'intestin irritable et FODMAP

Une maladie bénigne, mais très handicapante

Le syndrome de l’intestin irritable (ou SII, aussi appelé syndrome du côlon irritable ou colopathie fonctionnelle) est un trouble de fonctionnement du côlon (ou gros intestin), qui touche environ une personne sur dix. Les symptômes comprennent douleurs dans le ventre, constipation ou diarrhées, flatulences et ballonnements. Le SII est une maladie bénigne, cependant lorsqu’elle est chronique et sévère, elle altère grandement la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Il n’existe à ce jour aucun traitement et aucun diagnostic reposant sur des biomarqueurs permettant d’identifier à coup sûr cette pathologie.

L’efficacité d’un régime pauvre en FODMAP

Une récente méta-analyse incluant 6 essais randomisés contrôlés (ERC) et 16 non randomisés a évalué l’efficacité d’un régime pauvre en FODMAP (une famille d’hydrates de carbone à chaîne courte qui peuvent être incomplètement digérés par l’intestin grêle et finissent donc par occasionner une fermentation excessive dans le colon) sur les symptômes du syndrome du côlon irritable. Il s’agit par ailleurs de la première méta-analyse du genre.
Des scores évaluant la sévérité des symptômes (IBS-SSS) ou la qualité de vie liée au syndrome (IBS-QOL) ont été mesurés avant et après l’introduction du régime pauvre en FODMAP.

Alimentation et FODMAP

La diète pauvre en FODMAP a été surtout efficace pour réduire les douleurs abdominales et les ballonnements, et dans une moindre mesure les flatulences, diarrhées, nausées et constipations.
En conclusion...
Les résultats sont statistiquement très significatifs, surtout en comparaison des groupes de contrôle (pour les ERC), qui suivaient pourtant une diète recommandée médicalement pour ce type de pathologie (mais n’étant pas basée sur l’éviction des FODMAP).
Il est donc probable que les régimes pauvres en FODMAP deviennent un traitement de première intention lorsqu’il s’agira de traiter les symptômes du syndrome de l’intestin irritable.
De précédentes études ayant montré que l’usage de certains probiotiques permettait également d’améliorer ce type de symptômes et la suppression des FODMAP pouvant affaiblir notre microbiote (par manque d’apport en prébiotiques), il peut être utile d’associer la prise de probiotiques à un régime pauvre en FODMAP.

ensavoirplus
Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, nous avions déjà écrit un article il y a quelques temps à ce propos, à lire ou relire !

Références :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25982757

, , , ,

Les commentaires sont fermés.