Les premiers signes, l’adaptation, que manger à présent… Marylène, intolérante au gluten, partage son expérience, ses conseils et ses astuces !

Ciel, je suis intolérante au gluten !

Gluten-610x160

Les premiers doutes

Premiers doutes sur le glutenTout a commencé par des doutes, des crises qui se manifestaient lorsque je changeais d’alimentation à l’occasion de week-ends ou de dîners entre amis… Après un cheminement un peu chaotique que beaucoup d’intolérants semblent connaître, j’ai fini par me retrouver dans ce laboratoire parisien, qui propose des tests pour déceler les intolérances alimentaires. Une semaine après la prise de sang, le résultat tombe : les tests sanguins sont sans équivoque, je suis intolérante au gluten.

Premier réflexe bien légitime, je cherche la moindre information pour savoir et comprendre ce qui se passe dans mon corps. Reportages en tout genre, sites internet, blogs, etc. Certes, il y en a pléthore, mais au fond, je me sens un peu seule et perdue. Les informations se contredisent plus ou moins, j’ai du mal à distinguer le vrai de la phobie parano (« le gluten est partout !!! »), et je mets un peu de temps à trouver un chemin acceptable.

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’éclairer le novice intolérant, et d’exercer ma plume à prodiguer quelques conseils.

Je mange quoi maintenant ?

C’est la question fatidique que chaque nouvel intolérant se pose. Mais il faut savoir qu’il existe aujourd’hui beaucoup plus d’options pour se procurer des aliments transformés sans gluten, notamment en grande surface, dans les magasins bios et sur internet.

Sans glutenPour résumer, outre l’évidence (i.e. supprimer pâtes, pain, pâtisseries, céréales contenant du gluten, etc.), il faut malheureusement se méfier d’à peu près tout ce qui est issu de l’industrie agro-alimentaire, et qui ne porte pas le logo « gluten-free ».
Pour exemple, j’ai pu trouver du gluten dans des infusions, dans des yaourts, et les produits de charcuterie en sont truffés… Cette courte énumération donne déjà une petite idée de la chose !
Il faut aussi être vigilant en ce qui concerne les produits pharmaceutiques : le gluten y est également très présent.

Les produits « sûrs » sont souvent les produits les moins transformés : fruits frais, légumes, viandes, poissons, riz, quinoa, huile d’olive, etc. Bref, les aliments bien souvent associés à une alimentation saine et équilibrée !

Alors, je dois vivre cloîtré(e) chez moi jusqu’à la fin de mes jours ?

Mouton noir

Bien sûr que non ! C’est certes un peu compliqué au départ, mais si vous respirez un bon coup et que vous prenez les choses avec un peu de légèreté, il n’y a pas de raisons que vous vous coupiez du monde « avec »…

Voici quelques petits conseils triviaux pour vous en sortir :

  • Parlez-en autour de vous, à vos proches et à vos amis, et n’hésitez pas à les sensibiliser. Vous pouvez parler des risques (à terme, développer un lymphome par exemple… ça calme tout de suite les plaisantins en général !), dire que la vigilance est nécessaire, et non le fait de « caprices » de quelqu’un qui mange sans gluten car « c’est la mode »… (si si, j’ai déjà entendu ça !).
  • Invitez vos amis à tester le « sans-gluten ». Autour d’un dîner chez vous par exemple, ils découvriront que ce n’est pas si compliqué (ni moins savoureux !), de manger sans gluten.
  • Ecrivez un texto « type », énumérant tout ce qu’il faut vérifier si l’on souhaite vous inviter à dîner (une fois bien informé(e) sur les éléments à vérifier sur les étiquettes). A chaque invitation, vous pouvez l’envoyer un peu à l’avance à vos amis, et en discuter s’ils ont des questions.
  • Pour les apéros entre amis, n’hésitez pas à apporter avec vous des tomates cerises, pistaches, etc. histoire de ne pas avoir à regarder les autres grignoter, en restant à jeun et frustré(e) dans votre coin.
  • Demandez à vos amis de garder les emballages des aliments qu’ils utilisent. Cela vous permettra, si vous avez le moindre doute, de ne pas prendre le risque de tomber malade si certains produits, en dépit des précautions prises, contiennent du gluten.

Oui, je peux me faire plaisir sans gluten !

riz basmatiProfitez-en pour tester votre penchant à voir la vie en rose : plus de gluten ?… Qu’à cela ne tienne : partez à la découverte d’autres cuisines que la cuisine occidentale (et oui, en Asie, la céréale de base est le riz !), flairez les bonnes tendances dans le monde magique de la bio-attitude, testez des nouveaux concepts genre néo-fooding

Bref, amusez-vous, et essayez de voir les choses en « plus » et non en « moins » ! 😉

, ,

Les commentaires sont fermés.