Le petit-déjeuner pour être au top !

Petit déjeuner

Le petit-déjeuner est sans doute l’un des repas préférés des Français (pour ceux qui le prennent). Mais on ne va pas se mentir, le petit-déj’ à la française, même s’il est très bon on vous l’accorde, n’est pas nécessairement le plus intéressant d’un point de vue nutritionnel.

_

Attention, loin de nous l’idée d’imposer un quelconque diktat nutritionnel de plus, ni d’ôter le croissant de la bouche de quiconque ! 😉

Mais si changer, ne serait-ce que de temps en temps, le premier repas de la journée pour le rendre un peu plus nutritif s’avère être l’une de vos intentions, alors installez-vous, prenez un petit café ou un thé (et pourquoi pas un croissant), nous allons tout vous expliquer.

Et si vous êtes parfaitement satisfait(e) de votre petit-déjeuner, et qu’il s’inscrit dans une hygiène de vie saine et équilibrée, vous pourrez toujours y trouver des infos intéressantes !

Pour les plus pressés, la synthèse de nos recommandations dans la conclusion.

Petit-dejeuner healthy

Le petit-déjeuner, repas le plus important de la journée ?

Un mythe tenace

Un des mythes les plus persistants en nutrition est celui du petit-déjeuner : il serait le repas le plus important de la journée.

Comme le dit l’adage :

Le matin, mange comme un roi.

Et s’il est vrai que de nombreuses études d’observation semblent aller dans ce sens, on sait aujourd’hui que cela est loin d’être évident.

En effet, une récente méta-analyse d’études randomisées (en gros, un niveau de preuve conséquent en science) montre que, pour ceux qui ont l’habitude de sauter ce repas, se forcer à manger amène souvent à consommer plus de calories sur la journée1, ce qui à la longue entraine une prise de poids.

Bref, comme pour tant de choses en nutrition, le petit-déjeuner semble être avant tout une histoire de préférences personnelles, d’individualités et d’habitudes.

Quand petit-déjeuner rime avec hygiène de vie équilibrée

Cela étant dit, il est vrai que les personnes qui sautent le petit-déjeuner sont habituellement associées à des pathologies métaboliques, au surpoids, à l’obésité, et à un certain nombre de maladies chroniques, en particulier chez les enfants2,3,4,5.

Mais attention, ce n’est pas le fait de sauter le petit-déjeuner qui entraine ces désagréments, mais bien le mode de vie associé qui en est responsable. En effet, les personnes qui ont une hygiène de vie délétère (alcool, tabagisme, sédentarité…) sont plus susceptibles de sauter le petit-déjeuner6. De même, on peut imaginer que dans les familles où l’on ne prend pas le temps (ou même parfois où l’on n’a pas les moyens) de faire prendre un petit-déjeuner aux enfants, d’autres aspects de leurs habitudes et hygiènes de vie puissent également être plus facilement négligés.

De fait, si vous sautez le petit-déjeuner, assurez-vous avant tout que cela soit ne soit pas surtout lié à un mode de vie délétère et/ou que ça ne soit pas la conséquence de mauvaises habitudes (couchers tardifs, diners trop copieux, sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité, sédentarité, matins pressés etc.).

Inutile donc de se forcer pour ceux qui ont une bonne hygiène de vie et n’ont tout simplement pas faim le matin ! Nous avions d’ailleurs écrit un article sur le sujet, si ça vous intéresse de creuser un peu plus.

Mais pour ceux qui ont l’habitude d’en prendre, la question revient souvent : que manger le matin ?

Les nutriments importants d’un petit-déjeuner complet

La chrononutrition, ça vaut quoi ?

Avant toute chose, évacuons d’emblée un autre mythe tenace : celui de la chrononutrition.

Il s’agit d’un mode d’alimentation où l’on consommerait certains types d’aliments à certaines heures en fonction de notre horloge biologique.

La chronobiologie est une vraie science qui s’intéresse aux phénomènes rythmiques du corps humain. Cependant, son application à la nutrition est encore balbutiante, et pour l’heure, il n’existe pas de types d’aliments à privilégier particulièrement à un moment donné, notamment le matin.

La réponse simple et rapide à la question « que manger le matin ? » est donc la suivante : un repas qui vous apportera le plus de nutriments essentiels, tout en vous rassasiant suffisamment pour éviter de grignoter avant le déjeuner, et que vous pourrez manger avec plaisir !

Idéalement donc, le petit-déjeuner devrait apporter les éléments suivants :

Alors, concrètement, que peut-on manger ?

Quelques suggestions pour un petit-déj’ de champion

Des œufs

Les œufs entiers font partie des aliments les plus denses nutritionnellement et les plus intéressants. Ils cochent à eux seuls 3 des cases mentionnées précédemment : ce sont en effet une source de protéines de qualité, ils contiennent de bons lipides (et même des oméga-3 pour les poules élevées en plein air), et sont riches en plusieurs vitamines et minéraux (phosphore, iode, sélénium, vitamines A, E, B2, B5, B9 et B12). Ils contiennent également des nutriments importants pour la santé oculaire (lutéine et zéaxanthine) et sont riches en choline, un nutriment essentiel pour le cerveau7 et qu’on ne consommerait pas suffisamment8.

2 œufs apportent en moyenne 12 g de protéines de grande qualité.

De plus, les œufs sont faciles et rapides à préparer, et on peut les cuisiner de mille façons (coques, mollets, au plat, pochés, brouillés, etc.), de sorte qu’on évite facilement la monotonie et/ou que cela s’adapte aisément aux goûts de chacun.

Ribambelle d'oeufs

Et le cholestérol ?

Et pour évacuer un autre mythe tenace, si la consommation d’œufs est souvent associée dans des études observationnelles à diverses pathologies cardiovasculaires (en particulier pour les personnes diabétiques), les études randomisées contrôlées ne confirment pas ce lien, même chez les personnes diabétiques9,10, et certaines montrent au contraire une amélioration des marqueurs cardiovasculaires chez ces derniers11,12.

De plus, les récentes méta-analyses chez des sujets sains ne montrent pas non plus de lien entre la consommation d’œufs et les facteurs de risques ou la survenue de maladies cardiovasculaires13,14,15.

Bref, aucune raison pour l’heure de craindre ces aliments (sauf en cas de pathologie particulière comme l’hypercholestérolémie familiale par exemple) et nous espérons vous avoir donné suffisamment de raisons pour essayer de les inclure plus souvent à votre table de petit-déjeuner !

Comment les cuire pour profiter un maximum de leurs bienfaits ? C’est un top article à lire ici 😇

Des laitages

Une proposition qui pourra faire grincer des dents, tant le « milk-bashing » et la polémique « anti-lait » auront malheureusement laissé des traces dans la perception collective de cet aliment.

Nous n’allons pas débattre du sujet en quelques lignes, mais sachez simplement que la toute dernière et plus grande revue « parapluie » portant sur 41 méta-analyses (des analyses de plusieurs études) a montré que la consommation de lait était plus souvent associée à des bénéfices qu’à des risques pour la santé16. Bien sûr, il s’agit d’épidémiologie nutritionnelle, et cela est donc à considérer avec un minimum de recul. Néanmoins il semblerait bien que les controverses à propos des produits laitiers ne soient pas fondées.

Et c’est tant mieux, car les produits laitiers font partie des aliments nutritionnellement denses :

  • sources de calcium réellement biodisponible (en particulier les fromages)
  • de protéines de bonne qualité
  • de bons acides gras, parmi lesquels l’acide linoléique conjugué, un dérivé des oméga-6 associé à de nombreux effets positifs sur la santé17
  • de probiotiques dans le cas des yaourts fermentés, etc.
Laitages

La seule règle ici, c’est de consommer ce qui vous fait plaisir et que vous tolérez. Tous les produits laitiers ont leurs propres avantages.

Le fromage par exemple sera très riche en calcium, en phosphore, zinc, vitamines A, B2 et B12, mais sera également très riche en calories.

Une bonne alternative pour les personnes qui surveillent leur poids et qui veulent une bonne source de protéines est à chercher du côté des « yaourts » protéinés (type skyr ou nouvelles spécialités laitières marketées pour les sportifs et qui apportent 15 g de protéines par pot).

Des fruits à coque

Fruits à coque

Amandes, noix, noisettes, pistaches… il s’agit probablement d’une des sources de lipides les plus denses nutritionnellement (ils sont riches en vitamines B1, B2, B9, E, calcium, cuivre, magnésium, potassium, zinc…), et apportent une bonne dose de fibres.

Chaque fruit à coque excellera dans un domaine : les amandes par exemple sont des bombes de vitamine E (avec 121% des VNR aux 100 g) ou de magnésium (62% des VNR), alors que les noix et les noisettes ont des taux impressionnants de vitamine B9 (60% des VNR) ; quant aux pistaches, c’est une source inégalée de vitamine B1 (71% des VNR).

Ils sont d’ailleurs associés dans de nombreuses études à de nombreux bénéfices pour la santé, notamment à une baisse du risque du syndrome métabolique, une normalisation des lipides sanguins, une amélioration des marqueurs de la santé cardiovasculaire18,19, une baisse de la tension artérielle20, du risque de diabète de type 221, etc.

Ayez la main légère néanmoins, ils sont caloriques, et une poignée suffit déjà pour des apports en nutriments non négligeables !

Par ailleurs, bien que moins rassasiantes et potentiellement plus délicates à doser en termes de quantité, vous pouvez aussi vous tourner vers les purées d’oléagineux (noisettes, amandes, noix), qui ont l’avantage d’être plus faciles à utiliser et à stocker (attention cependant à les choisir pures, sans ajout de matières grasses).

Des flocons d’avoine

Dans la catégorie glucides complexes rois du petit-déjeuner, difficile de passer à côté de la star des céréales du matin : les flocons d’avoine, rendus populaires dans les « mueslis healthy ».

Une des particularités des flocons d’avoine réside dans un de leurs types de fibres, appelés bêta-glucanes (ou β-glucanes).

De nombreuses études ont notamment montré leur effet bénéfique sur le cholestérol et la santé cardiovasculaire22,23, à tel point qu’en 2010, l’EFSA (l’autorité européenne de sécurité des aliments), dans le cadre de la révision des allégations de santé, donne un avis positif sur la relation entre la consommation de β-glucanes d’avoine et la baisse du cholestérol sanguin et du risque de maladies cardio-vasculaires24.

Flocons d'avoine

Mais leur intérêt ne s’arrête pas là, ils ont également un effet sur la satiété et la glycémie postprandiale25,26 (un marqueur de risque du diabète de type 2), à tel point que là aussi, cela est reconnu officiellement comme allégation de santé par l’EFSA27.

Petit bonus, les flocons d’avoine sont également riches en composés phénoliques très intéressants, les avenanthramides, qui auraient de multiples propriétés sur la pression sanguine28,29.

Si vous n’aviez pas succombé à la mode des mueslis, c’est peut-être le moment !

Granola ou muesli, quelle différence ?

Le muesli est un mélange de flocons de céréales (avoine, blé, orge, maïs…), avec des graines ou des fruits secs. Le granola est une version plus « gourmande » du muesli, puisqu’il s’agit d’une base similaire à laquelle on ajoute un ou plusieurs additifs sucrés (sucre, miel, sirop d’agave, etc.) avant de passer le tout au four, ce qui permet de créer une liaison entre les divers éléments, et de les rendre croustillants. On y ajoute également fréquemment des petits morceaux de chocolat.

Evidemment, la note calorique n’est pas la même, l’intérêt nutritionnel non plus, mais rien ne vous interdit d’en manger, en toute connaissance de cause et de total calorique donc ! 😉

Concernant les mueslis, regardez bien les ingrédients, certains contiennent malgré tout du sucre ajouté (encore une fois, ce n’est pas un problème en soi, mais c’est bon à savoir), et certains mueslis n’ont qu’une part minime de flocons d’avoine.

Si ce sont ces derniers qui vous intéressent, vérifiez bien qu’il s’agit là de l’ingrédient principal (les flocons de blé, d’orge ou de maïs n’ont pas les mêmes intérêts, mais ils n’en sont pas dépourvus, et rien ne vous interdit d’en manger) ou mieux, faites vos mueslis maison après un petit tour au rayon vrac de votre supermarché.

Une boisson chaude (thé vert ou café)

Selon vos préférences (et vos habitudes), un thé ou un café peuvent être de très bons choix pour démarrer la journée.

Une seule tasse contient suffisamment de caféine pour améliorer l’humeur et la vigilance le matin30 (même si le thé vert contient environ moitié moins de caféine que le café à quantité égale).

Attention cependant, la caféine ne doit pas chercher à compenser une fatigue au réveil dû à un mauvais sommeil. Comme le dit Matthew Walker, professeur de neurosciences et de psychologie et spécialiste mondial du sommeil, le sommeil n’est pas juste un pilier de la santé, c’est le pilier principal sur lequel tous les autres piliers (alimentation, activité physique, etc.) viennent se poser. Ne le négligez surtout pas, car sans lui, rien n’est possible !

Le café est par ailleurs riche en antioxydants31, qui pourraient avoir des effets bénéfiques sur nos vaisseaux sanguins32. La consommation de café (caféiné ou décaféiné) est également associée à un risque plus faible de diabète de type 233.

Le thé vert contient quant à lui des flavonoïdes connus sous le nom de EGCG, qui pourraient avoir un effet bénéfique sur le cœur34,35, notamment sur la pression sanguine36.

Le café comme le thé seront des très bonnes options pour se réhydrater le matin.

Et si vous ne buvez pas de boisson chaude, essayez quand même de boire un bon verre d’eau le matin. En plus, une étude randomisée a démontré qu’un verre d’eau au lever était très efficace pour contrer la mauvaise haleine matinale37 ! 😄

Des fruits et légumes dès le petit-déjeuner

Puisqu’il faudrait en consommer au moins 5 portions par jour (voire 10 selon certaines sources), autant commencer dès le matin !

Car oui, les fruits et légumes font indéniablement partie d’une alimentation saine, et ils ont entièrement leur place au petit-déjeuner (oui, même les légumes !), pour leur apport en fibres, en potassium, en vitamines et minéraux bien sûr, mais aussi en antioxydants.

Concernant les légumes, selon la saison, accompagner ses œufs aux plats de petites tomates cerises poêlées, de champignons ou d’échalotes finement ciselées peut être un vrai régal (et dans cette catégorie, les seules limites sont celles de votre imagination et de votre plaisir gustatif bien sûr !).

Pour les fruits, notre préférence va aux fruits riches en vitamine C, pour compenser le reste du petit-déjeuner qui en est souvent assez dépourvu. Là encore favorisez évidemment les fruits de saison, mais entre les kiwis, les fruits rouges (myrtilles, mûres, etc.) ou les agrumes (oranges, mandarines, etc.), vous avez de quoi faire !

Plateau de fruits

Fruits entiers ou jus de fruits ?

Nous avons déjà traité le sujet dans un article précédent. Pour résumer, le seul « danger » avec le jus de fruits, est qu’il représente une quantité non négligeable de calories sous forme liquide. De ce point de vue, et comme pour toutes les boissons sucrées, il est facile d’en consommer de trop grandes quantités de sorte que, sur la journée, le bilan calorique soit excédentaire.

Le fruit entier sera donc surtout préférable pour la satiété, et pour éviter une consommation trop grande de jus de fruits (et donc de calories sous forme de sucre), mais rien ne l’interdit bien évidemment ! Comme pour tout aliment, il s’agit avant tout d’une question de dose et de contexte. Un verre de jus de fruits fraichement pressé dans le cadre d’une hygiène de vie saine ne posera aucun problème.

Alors, faites selon vos préférences. Si vous pouvez consommer un fruit entier, c’est certainement l’idéal. Autrement, et comme le notent certains chercheurs, le jus de fruits reste malgré tout une source de vitamines (en particulier de vitamine C), de caroténoïdes et de polyphénols38.

Un jus de fruits (en particulier s’il est fraichement pressé et avec sa pulpe) conserve donc des intérêts, particulièrement s’il vous est difficile de consommer un fruit entier à la place.

Par ailleurs, n’oubliez pas également les purées de fruits (qui ont l’avantage de ne pas avoir de sucre ajouté par rapport aux compotes) : elles peuvent aussi être une alternative pratique à la consommation de fruits entiers, tout en conservant toutes les fibres du fruit !

Et le pain ?

Le pain est évidemment un incontournable du petit-déjeuner à la française, et comme nous l’avons expliqué dans un précédent article, il a tout à fait sa place dans un repas équilibré si vous aimez ça.

Non seulement parce qu’il apporte des glucides complexes, mais aussi et surtout pour son utilisation extrêmement versatile : de bonnes mouillettes pour tremper dans vos œufs coques, une tranche de baguette tradition pour accompagner un morceau de fromage, une tortilla pour vous faire un wrap sain et complet, etc.

Tartine du petit-dejeuner

Si vous voulez optimiser son profil nutritionnel, vous pouvez opter pour un pain complet (ou semi-complet) au levain, mais si le reste de votre alimentation est déjà au top, ce n’est pas forcement nécessaire !

nuSpiruline

Et la spiruline, vous y avez déjà pensé au petit-dej ? 😉

C’est une source complémentaire de protéines complètes, ainsi que d’autres micronutriments prometteurs comme les phycocyanines.

Vu qu’on propose la crème de la crème, on était obligé de poser ça ici 😎

Le poids des habitudes, ou pourquoi a-t-on du mal à changer de petit-déjeuner ?

En définitive, la « vocation » du petit-déjeuner ne diffère pas tellement des autres repas, et donc fondamentalement son contenu ne devrait pas en être réellement différent.

De fait, donner des exemples de petits-déjeuners sains est assez facile, mais les appliquer pourrait être nettement plus dur. En effet, si vous êtes habitué(e) depuis tout(e) petit(e) à ce goût sucré si satisfaisant, ou que rien ne vous fera arrêter votre tartine à la pâte à tartiner « bon pour penser et se dépenser », alors donner des recettes d’œufs au plat avec des champignons sautés ne risque pas de vous faire sauter au plafond.

Car si nous avons déjà assez de mal à changer nos habitudes alimentaires, cela est d’autant plus vrai pour le petit-déjeuner. Pourquoi ?

Une partie de la réponse se trouve dans la question : le poids des habitudes, qui se forgent par un système neuronal primitif extrêmement puissant appelé « système de récompense », et qui se renforcent avec la répétition, induit des comportements particulièrement difficiles à changer.

En outre, le petit-déjeuner, pour des raisons essentiellement culturelles, est l’un des rares moments de la journée où l’on peut s’autoriser sans culpabiliser ce qui en temps normal serait considéré comme de la gourmandise pas franchement indispensable. S’attaquer au sacro-saint petit-déj’ est donc un sujet bien délicat, nous en avons conscience !

Faire évoluer les mentalités et les habitudes prend donc du temps, et la volonté est bien faible face à des millions d’années d’évolution qui nous conditionnent à aimer les calories plus que les nutriments essentiels.

Attention, encore une fois, loin de nous l’idée de stigmatiser les viennoiseries ou la tartine à la pâte à tartiner. Nous sommes également de fervents défenseurs du plaisir alimentaire, et pensons que n’importe quel aliment peut prendre part à une alimentation équilibrée. Notre but ici est de donner des idées de changements pour des aliments nutritivement plus « intéressants », mais en matière de nutrition, il est interdit d’interdire, à vous de trouver votre équilibre !

Prenez votre temps, allez-y progressivement, essayez d’y mettre un peu de conscience, car manger en pleine conscience, loin d’être un concept bobo new age à la mode, semble réellement être une méthode très efficace pour reprendre le contrôle de nos comportements qui sont passés en mode « pilote automatique », en particulier les habitudes alimentaires39.

Et enfin, comme toujours, sachez que les exemples donnés dans cet article portent bien leur nom, ce ne sont que des exemples, des suggestions.

Vous n’aimez pas les œufs ? Ils ne sont pas indispensables (aucun aliment ne l’est). Le muesli ce n’est pas votre truc ? Prenez du pain complet, ou aux céréales (ou celui de votre choix), ou même pourquoi pas des alternatives inattendues comme du sarrasin (et oui, pourquoi pas une petite galette de blé noir au petit-déjeuner ?), ou des châtaignes, ou même des pommes de terre

Qu’importe le flacon, pourvu que vous ayez l’ivresse (et les nutriments) !

Car on ne le répètera jamais assez, mais le plaisir de manger est fondamental. C’est ce qui élève ce besoin primaire et primitif au rang de comportement social, moment de partage, de convivialité.

Il n’y a donc aucune règle concernant le petit-déjeuner : innovez, variez, inspirez-vous des petits-déjeuners du reste du monde. Bref, appropriez-vous VOTRE petit-déjeuner, et pas celui auquel on vous a habitué(e) depuis tout(e) petit(e).

nuPower

Et pour bien démarrer la journée…

… rien de tel qu’un bon multivitamines !

Pour faire le plein de vitamines & minéraux, autant choisir le plus complet 😉

Références scientifiques

  1. Sievert K, Hussain SM, Page MJ, Wang Y, Hughes HJ, Malek M, Cicuttini FM. Effect of breakfast on weight and energy intake: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. BMJ. 2019 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30700403/
  2. Dubois L, Girard M, Potvin Kent M, Farmer A, Tatone-Tokuda F. Breakfast skipping is associated with differences in meal patterns, macronutrient intakes and overweight among pre-school children. Public Health Nutr. 2009
  3. Deshmukh-Taskar PR, Nicklas TA, O’Neil CE, Keast DR, Radcliffe JD, Cho S. The relationship of breakfast skipping and type of breakfast consumption with nutrient intake and weight status in children and adolescents: the National Health and Nutrition Examination Survey 1999-2006. J Am Diet Assoc. 2010
  4. Giovannini M, Agostoni C, Shamir R. Symposium overview: Do we all eat breakfast and is it important? Crit Rev Food Sci Nutr. 2010
  5. Szajewska H, Ruszczynski M. Systematic review demonstrating that breakfast consumption influences body weight outcomes in children and adolescents in Europe. Crit Rev Food Sci Nutr. 2010
  6. Cahill LE, Chiuve SE, Mekary RA, Jensen MK, Flint AJ, Hu FB, Rimm EB. Prospective study of breakfast eating and incident coronary heart disease in a cohort of male US health professionals. Circulation. 2013
  7. Zeisel SH, da Costa KA. Choline: an essential nutrient for public health. Nutr Rev. 2009
  8. Bidulescu A, Chambless LE, Siega-Riz AM, Zeisel SH, Heiss G. Repeatability and measurement error in the assessment of choline and betaine dietary intake: the Atherosclerosis Risk in Communities (ARIC) study. Nutr J. 2009
  9. Ballesteros MN, Valenzuela F, Robles AE, Artalejo E, Aguilar D, Andersen CJ, Valdez H, Fernandez ML. One Egg per Day Improves Inflammation when Compared to an Oatmeal-Based Breakfast without Increasing Other Cardiometabolic Risk Factors in Diabetic Patients. Nutrients. 2015
  10. Fuller NR, Caterson ID, Sainsbury A, Denyer G, Fong M, Gerofi J, Baqleh K, Williams KH, Lau NS, Markovic TP. The effect of a high-egg diet on cardiovascular risk factors in people with type 2 diabetes: the Diabetes and Egg (DIABEGG) study-a 3-mo randomized controlled trial. Am J Clin Nutr. 2015
  11. Blesso CN, Andersen CJ, Barona J, Volek JS, Fernandez ML. Whole egg consumption improves lipoprotein profiles and insulin sensitivity to a greater extent than yolk-free egg substitute in individuals with metabolic syndrome. Metabolism. 2013
  12. Blesso CN, Andersen CJ, Barona J, Volk B, Volek JS, Fernandez ML. Effects of carbohydrate restriction and dietary cholesterol provided by eggs on clinical risk factors in metabolic syndrome. J Clin Lipidol. 2013
  13. M.X. Wang, C.H. Wong, J.E. Kim. Impact of whole egg intake on blood pressure, lipids and lipoproteins in middle-aged and older population: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases. 2019
  14. Sajadi Hezaveh Z, Sikaroudi MK, Vafa M, Clayton ZS, Soltani S. Effect of egg consumption on inflammatory markers: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled clinical trials. J Sci Food Agric. 2019
  15. Chayakrit Krittanawong, Bharat Narasimhan, Zhen Wang, Hafeez Ul Hassan Virk, Ann M. Farrell, HongJu Zhang, W.H. Wilson Tang. Association Between Egg Consumption and Risk of Cardiovascular Outcomes: A Systematic Review and Meta-Analysis. The American Journal of Medicine. 2021
  16. Zhang X, Chen X, Xu Y, Yang J, Du L, Li K, Zhou Y. Milk consumption and multiple health outcomes: umbrella review of systematic reviews and meta-analyses in humans. Nutr Metab (Lond). 2021
  17. den Hartigh LJ. Conjugated Linoleic Acid Effects on Cancer, Obesity, and Atherosclerosis: A Review of Pre-Clinical and Human Trials with Current Perspectives. Nutrients. 2019
  18. Hernández-Alonso P, Salas-Salvadó J, Baldrich-Mora M, Mallol R, Correig X, Bulló M. Effect of pistachio consumption on plasma lipoprotein subclasses in pre-diabetic subjects. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2015
  19. Berryman CE, Grieger JA, West SG, Chen CY, Blumberg JB, Rothblat GH, Sankaranarayanan S, Kris-Etherton PM. Acute consumption of walnuts and walnut components differentially affect postprandial lipemia, endothelial function, oxidative stress, and cholesterol efflux in humans with mild hypercholesterolemia. J Nutr. 2013
  20. Kasliwal RR, Bansal M, Mehrotra R, Yeptho KP, Trehan N. Effect of pistachio nut consumption on endothelial function and arterial stiffness. Nutrition. 2015
  21. Nishi SK, Kendall CW, Bazinet RP, Bashyam B, Ireland CA, Augustin LS, Blanco Mejia S, Sievenpiper JL, Jenkins DJ. Nut consumption, serum fatty acid profile and estimated coronary heart disease risk in type 2 diabetes. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2014
  22. Braaten JT, Wood PJ, Scott FW, Wolynetz MS, Lowe MK, Bradley-White P, Collins MW. Oat beta-glucan reduces blood cholesterol concentration in hypercholesterolemic subjects. Eur J Clin Nutr. 1994
  23. Whitehead A, Beck EJ, Tosh S, Wolever TM. Cholesterol-lowering effects of oat β-glucan: a meta-analysis of randomized controlled trials. Am J Clin Nutr. 2014
  24. Scientific Opinion on the substantiation of a health claim related to oat beta glucan and lowering blood cholesterol and reduced risk of (coronary) heart disease pursuant to Article 14 of Regulation (EC) No 1924/2006
  25. Rebello CJ, Johnson WD, Martin CK, Xie W, O’Shea M, Kurilich A, Bordenave N, Andler S, van Klinken BJ, Chu YF, Greenway FL. Acute effect of oatmeal on subjective measures of appetite and satiety compared to a ready-to-eat breakfast cereal: a randomized crossover trial. J Am Coll Nutr. 2013
  26. Rebello CJ, Chu YF, Johnson WD, Martin CK, Han H, Bordenave N, Shi Y, O’Shea M, Greenway FL. The role of meal viscosity and oat β-glucan characteristics in human appetite control: a randomized crossover trial. Nutr J. 2014
  27. Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to beta-glucans from oats and barley and maintenance of normal blood LDL-cholesterol concentrations (ID 1236, 1299), increase in satiety leading to a reduction in energy intake (ID 851, 852), reduction of post-prandial glycaemic responses (ID 821, 824), and “digestive function” (ID 850) pursuant to Article 13(1) of Regulation (EC) No 1924/2006
  28. Liu L, Zubik L, Collins FW, Marko M, Meydani M. The antiatherogenic potential of oat phenolic compounds. Atherosclerosis. 2004
  29. Nie L, Wise ML, Peterson DM, Meydani M. Avenanthramide, a polyphenol from oats, inhibits vascular smooth muscle cell proliferation and enhances nitric oxide production. Atherosclerosis. 2006
  30. Elham Tavanai, Saeid Farahani, Mansoureh Adel Ghahraman, Saleheh Soleimanian, Shohreh Jalaie, Effects of Caffeine on Auditory- and Vestibular-Evoked Potentials in Healthy Individuals: A Double-Blind Placebo-Controlled Study, Journal of Audiology and Otology. 2008
  31. Corrêa TA, Monteiro MP, Mendes TM, Oliveira DM, Rogero MM, Benites CI, Vinagre CG, Mioto BM, Tarasoutchi D, Tuda VL, César LA, Torres EA. Medium light and medium roast paper-filtered coffee increased antioxidant capacity in healthy volunteers: results of a randomized trial. Plant Foods Hum Nutr. 2012
  32. Ochiai R, Sugiura Y, Otsuka K, Katsuragi Y, Hashiguchi T. Coffee bean polyphenols ameliorate postprandial endothelial dysfunction in healthy male adults. Int J Food Sci Nutr. 2015
  33. Ding M, Bhupathiraju SN, Chen M, van Dam RM, Hu FB. Caffeinated and decaffeinated coffee consumption and risk of type 2 diabetes: a systematic review and a dose-response meta-analysis. Diabetes Care. 2014
  34. Afzal M, Safer AM, Menon M. Green tea polyphenols and their potential role in health and disease. Inflammopharmacology. 2015
  35. Tipoe GL, Leung TM, Hung MW, Fung ML. Green tea polyphenols as an anti-oxidant and anti-inflammatory agent for cardiovascular protection. Cardiovasc Hematol Disord Drug Targets. 2007
  36. Peng, X., Zhou, R., Wang, B. et al. Effect of green tea consumption on blood pressure: A meta-analysis of 13 randomized controlled trials. Sci Rep. 2014
  37. Van der Sluijs E, Slot DE, Bakker EW, Van der Weijden GA. The effect of water on morning bad breath: a randomized clinical trial. Int J Dent Hyg. 2016
  38. Benton D, Young HA. Role of fruit juice in achieving the 5-a-day recommendation for fruit and vegetable intake. Nutr Rev. 2019
  39. Brewer JA, Ruf A, Beccia AL, Essien GI, Finn LM, van Lutterveld R, Mason AE. Can Mindfulness Address Maladaptive Eating Behaviors? Why Traditional Diet Plans Fail and How New Mechanistic Insights May Lead to Novel Interventions. Front Psychol. 2018

nutriting

contact@nutriting.com

Et oui, nous participons également (et évidemment) au contenu de ce site ! Ce contenu est le fruit d'un travail minutieux de collaboration des co-fondateurs de nutriting : Patrick, Julien et Thierry, avec l'appui de notre diététicien-nutritionniste Laurent.



Nos nouveaux articles,
nos promos…

Nos nouveaux articles, nos promos...

Pour ne rien rater de l'actualité nutriting, inscrivez-vous à notre newsletter !

Nous garantissons la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles.